Trous d'obus
Shell-Holes Marie Havel Artiste site art
Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

"Trous d'obus", matériaux divers, détail, base en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm, 2014. Marie Havel

press to zoom

"Trous d'obus (4)", matériaux divers, détail, base en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm, 2014. Marie Havel

press to zoom

"Trous d'obus (4)", matériaux divers, détail, base en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm, 2014. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Trous d'obus", 4. Marie Havel.

press to zoom

"Trous d'obus (3)", matériaux divers, détail, base en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm, 2014. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Trous d'obus", 3. Marie Havel.

press to zoom

"Trous d'obus", matériaux divers, bases en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm chaque, 2014. Marie Havel

press to zoom

Matériaux divers, bases en polystyrène extrudé, 20 x 30 x 20 cm chaque, 2014 - en cours.

Sculptures, several materials, 20 x 30 x 20 cm each, 2014 - in progress.

Influencée par mes propres cabanes d’enfant et déambulations dans l’Aisne, près du Chemin des Dames, ce travail marque le point de départ de ma démarche actuelle. Il se situe comme les pièces « Les Risque-Tout » ou « Fucking Keubercity » entre maquette et sculpture et  définit des espaces habitables, jouables, ouverts, prenant pourtant appuis sur des lieux en apparences désolés, abandonnés, ou comme ici, empreints d’une charge historique forte pour nombre d’adultes. L’enfant instinctivement, s’il n’en ignore pas le nom, le rattache à tout autre chose : au refuge, au cocon, à la cabane. Utilisant les codes esthétiques des jeux de plateaux permettant de reprendre ceux de la maquette de guerre, de reconstitution historique qui fige et met en scène un moment d’histoire mais en le magnifiant, en le rendant jouable et ouvert à l’expérimentation du regard, de l’imagination ; l’histoire individuelle éphémère de la cabane d’enfant vient combler le creux laissé vide par une histoire plus collective. Le trou d’obus éventré laisse place à un cocon d’isolement, à un abri pour l’imagination, le jeu. Un lieu qu’instinctivement j’occupais personnellement de longues journées durant, un lieu des plus intimes et protecteurs à ces occasions, source de rêves, de nombre d’occupations et de souvenirs des plus magiques.