Terres brûlées

Scorched earths

 Marie Havel Artiste site art

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

Gommage sur tirages numériques couleur, papier brillant, 15 x 10 cm chaque, 2016.
Gummed digital color printed photographs, glossy paper, 15 x 10 cm each, 2016.

 

La terre brûlée est une terre vidée de ses ressources, qui a été désertée une fois que tout ce que l’on pouvait en tirer n’est plus. C’est aussi une tactique politique qui vise à rendre un espace inutilisable par un adversaire. Les terres brûlées sont des espaces sabotés, qui n’ont plus les attraits nécessaires pour être visités, investis.
J’ai choisi de nommer cette série « Terres brûlées » car il s’agit ici de lieux de jeux de l’enfance, en intérieur. Il s’agit souvent de se réfugier sous une table, derrière un fauteuil. De ces points d’encrage, des ces petits espaces se créent des points de vues étranges et inédits sur un environnement pourtant connu, celui de l’intérieur domestique. En ces endroits tout est appréhendé différemment. Mais peu à peu on ne peut plus les investir et nous n’y voyons plus l’intérêt, nous ne pouvons plus disparaître derrière un fauteuil et s’imaginer dans un autre espace, fantastique.
Nous désertons ces lieux et meurent alors les points de vues qu’ils pouvaient nous autoriser, nous n’avons plus rien à en tirer, à y faire. Ces lieux sont perdus, vidés de toute présence possible. Ce sont des espaces vacants, abandonnés.
J’ai tenté de retourner dans ces lieux minuscules, étranges, que depuis longtemps j’avais quitté, je n’avais plus considéré, pour photographier ce qu’ils me permettaient de voir. J’ai ensuite gommé ces images imprimées, comme pour effacer ces images qui depuis longtemps ont disparu. Elles vieillissent mais subsistent, sans que rien ne s’y passe plus, ce sont les terres brûlées de l’enfance.

 

 

A scorched earth is an empty area without any ressource, which was deserted because there was nothing more to take from it. A « bruned area » called as a « scorched earth » is also a political strategy whose goal is to make a space become unusable by the enemy. Scorched earths are sabotaged spaces, which are not visited anymore.
I choose to call this serie « Scorched earths » because here, this is about childhood’s inside playgrounds. It is often a question of taking refuge under a table, behind an armchair. From these points, from these small spaces are creating strange and unknown points of view on an environment nevertheless known, the domestic inside. In these places everything is differently dreaded. But little by little we cannot be part of them any more and we do not see any more the interest there, we cannot disappear any more behind an armchair and imagine themselves in another space, a fantastic one.
We leave these places and die then the points of view that they could have authorized us to perceive, we do not have anything more to find in those places. These places are lost, emptied of any possible presence. They are vacant, abandoned, given up spaces.
I tried to return to these tiny, strange places, that for a long time I had left, I had not considered any more, to photograph what they allowed me to see. I then erased these printed images, as to erase these images which for a long time disappeared. They age but remain, unless nothing takes place there more, they are childhood’s burned lands.


 

© Marie Havel 2014-2019