Terminus Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

"Terminus (15)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (11)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (09)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (12)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (10)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (13)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (14)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (16)", dessins superposés, encre sur papier calque, 21 x 29,7 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus", 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus (17)", dessins superposés, encre sur papier calque, 40 x 60 cm, encadré sous verre, 2021, Marie Havel.

press to zoom

"Terminus", encre sur papiers, 10 x 15 cm chaque, 2015. Marie Havel

press to zoom

Dessins superposés, encre sur papiers calque, dimensions variables, 2015-en cours.

Superimposed drawings, ink on translucent papers, various dimensions, 2015-in progress.

 

Ces oeuvres dont la série a débuté en 2015, sont réalisées par superposition en un même cadre de  plusieurs dessins au motif identique.  Par cette superposition j’entends traduire mes observations de mêmes lieux observés à différentes époques. Il s’agit de restes de bunkers jonchant la côte d’Opale. S’ils bougent et semblent évoluer dans le paysage ou s’y fondre au fil du temps, ils n’en demeurent finalement pas moins résistants, persistants, ne disparaissant jamais vraiment, tels des vestiges immuables et pourtant mouvants.