Fucking Keubercity

 

Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

Matériaux divers, base en polystyrène extrudé, 120 x 70 x 40 cm, 2015.

Sculpture, several materials, 120 x 70 x 40 cm, 2015.

 

Ce « playground » de plage présente un paysage de mon enfance, la plage de bunkers de Berck-sur-mer, à la manière des décors de jeux de stratégie comme les playgrounds intitulées «Trous d’obus». Je jouais tellement à peindre ces petites figurines et à en créer les décors que ce paysage me paraissait être l’un de ces décors grandeur nature. Je jouais dans ce lieu, me cachant dans les restes des bunkers, ignorant alors la portée historique du lieu et la fonction de ces épaves bétonnées ponctuant le sable, un paysage naturel donc, évident finalement pour l’enfant que j’étais, ces blocs étant parties intégrantes de ce paysage, ma représentation d’une plage. Mais ce paysage change, il est en perpétuel mouvement. J’ai souhaité le garder comme je l’ai connu, ayant la possibilité dans ce monde de jeu miniature, de le préserver du vent, de la marée, des dunes et du recouvrement de ses graffitis par d’autres. Une tranche de souvenir est prélevée et transposée à l’échelle de l’enfance. Les pilotis sur lesquels repose les bunkers viennent en partie de la présence à d’autres endroits de cette plage, de nombreux brise-lames. Les bunkers s’élèvent et deviennent des habitations, des cabanes visibles, vestiges d’un temps donné, obtenant de nouveau, cette fonc- tion de jeu que j’ai pu un jour leur attribuer. Ce sont les «cabanes tchanquées» du Pas-de-Calais.

 

This « playground » presents a chilhood landscape, I used to play in, at Berck-sur-mer in North of France, like a strategy game’s scenery. I used to paint such game’s scenery and cha- racters so often that when I was playing at this place, I thought it was a real scale game’s scenery. I have hidden myself in those bunkers pieces, without knowing at that time the historical aspect and primary function of those elements. This place was finally an evidence for me of what a beach was supposed to be like. I thougt this landscape was totally natural. But this place is changing at every single moment. I wanted to keep this like I used to know it, having the possibility in this miniature world, to preserve it from the wind, the tides, the dunes and the graffitis. A memory piece is removed and transposed at a childhood scale. The stilts come from the presence, at others places of the beach, of several breakwaters made with wood. Bunkers are beco- ming visible huts, memory of a past time, taking back the playing function I used to give to them.

© Marie Havel 2014-2019