Flocages

Flocks

 Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :
En voir plus / More

Flocages de modélisme (matières synthétiques) sur cartons-gris (ph neutre), 2017-en cours.

Model flockings (synthetic materials) on pulpboards (acid free), 2017-in progress.

Le Ravin du Loup :

 

Fruit d’une réflexion sur la manière de faire se rencontrer sur un même format les pratiques du dessin et du modélisme qui sont les miennes depuis l’enfance et primordiales dans mon travail, cette série de dessins résulte de la visite du Ravin du Loup, 2, de Margival en 2015 dans l’Aisne. Ce lieu était une base de télécommunication allemande très importante durant la seconde guerre mondiale. Il a su longtemps rester secret, inaccessible car tout était mis en oeuvre pour que personne n’en ait connaissance (plantation d’arbres autour des bunkers, routes et bâtiments peints en vert pour ne pas être repérés par avion, filtres sur les cheminées des bâtiments pour rendre invisible les fumées rejetées...). Abandonné ensuite par l’armée française qui s’en servait comme centre d’entraînement militaire, ce lieu est maintenant pénétrable, mais la nature y reprend ses droits et il se dérobe aujourd’hui naturellement à notre regard. Cet endroit qui autrefois se donnait tant de mal pour se fondre dans le décor s’est finalement fait engloutir par celui-ci et c’est en disparaissant qu’il s’ouvre, devient visible de tous.

 

Dans ce lieu est la sensation que le sol gravissant les bâtiments, en dessine les contours.  Ainsi il m’est apparu évident de ne dessiner ce lieu qu’à travers sa végétation, révélant ainsi les bâtiments en creux, grâce à l’utilisation de matières uniquement synthétiques appelées « flocages de modélisme » qui servent habituellement à imiter les différentes textures de sols (végétation, minéraux, boue...) dans la réalisation de maquettes (ferroviaires, d’architectures...) comme de décors de jeux de plateaux fantastiques.

 

Ce travail de dessin-modélisme est réalisé à la main en dessinant à la colle blanche sans solvant sur cartons-gris au ph neutre utilisé tant pour les maquettes d’architecture que comme fonds d’encadrements, afin de n’utiliser que des matériaux durables relevant du modélisme dans la réalisation du dessin. Par ce travail de dessin aux flocages de modélisme, le bâtiment réacquiert même en quelque sorte une partie de son identité première par les différentes teintes de flocages qui juxtaposées peuvent évoquer le camouflage militaire. Aussi le choix du dessin réalisé uniquement par des matériaux de modélisme ; relevant du projet, de l’idée naissante, du patron ; fait que l’on peut concevoir ces ruines comme des projets en cours, comme si la ruine pouvait à elle seule constituer un mode de construction, un état envisageable, une potentialité, voire un terrain de jeux.

La plage du Terminus / Atlantic Wall : 

 

Cette série de dessins fait suite à celle du "Ravin du Loup" et s'intéresse à la Plage du Terminus de Berck-sur-Mer, jonchée de nombreux bunkers, traces du Mur de l'Atlantique. Enfant, je jouais dans ce lieu et depuis, chaque année, j'y observe ces vestiges mouvants, certains disparaissant, d'autres renaissant d'une année sur l'autre, supports de multiples réappropriations. Bien loin de leurs fonctions premières, ces morceaux de bâtiments que l'on pourrait croire solides et immobiles, font partie intégrante de ce paysage et continuent à évoluer avec celui-ci, se mouvant selon les vents, les marées mais aussi les usages.

 

Si ces vestiges sont aujourd'hui pénétrables par l'homme, la nature y reprend ses droits et ils se dérobent alors naturellement à notre regard se faisant engloutir par le paysage et c'est en disparaissant qu'ils s’ouvrent, deviennent visibles de tous. Si l'homme a un jour décidé des lignes de ces bâtiments, aujourd'hui c'est bien le sable et la végétation marine qui, les gravissant, en dessinent finalement les contours. 

Wolf's Ravine :

Fruit of a cogitation on how to gather on a same format the practices of drawing and of modeling which are mine since childhood and primordial in my work, this series of drawings results from the visit of the Ravin du Loup, 2, Margival in 2015 in Aisne. This place was a very important German telecommunications base during the Second World War. It was kept secret for a long time, inaccessible because everything was done so that no one would know ( planting trees around bunkers, roads and buildings painted in green to avoid being spotted by airplane, filters on the chimneys of buildings to make the smoke invisible...). Abandoned later by the French army which used it as a military training centre, this place is now penetrable, but nature regains its rights and today it naturally evades from our viewing. This place that used so many tricks to hide itself into the scenery has finally been swallowed up by it and it is by disappearing that it opens, becomes visible to all.


In this place is the sensation that the ground in going on the buildings, drawing their lines and limits. So it seemed obvious to me to draw this place only through its vegetation, thus revealing the hollow buildings, thanks to the use of synthetic materials called "flocks" which usually serve to imitate the different textures of grounds (vegetation, minerals, mud...) in the realization of models (railway, architectures...) as scenery of fantastic games. 

 

This drawing-modeling work is handmade by drawing with neutral glue on acid free cardboards used both for architectural models as for framing backgrounds, in order to use only materials of model making for the realization of the drawing. By this work of drawing with model-making flocks, the building reacquires in some way a part of its original identity by the different colors of flocks which juxtaposed can evoke the military camouflage.  Also the choice of the drawing realized only by the materials of model-making ; relevant to the project, the nascent idea, the pattern ; allow us to perceive these ruins as projects in progress, as if the ruin alone could constitute a construction mode, a possible state, a potentiality or even a playground.

The Terminus' Beach :


This series is a first extension of the work of "flocks" started at the Ravin du Loup 2 of Margival. "The Terminus' Beach" which gives its name to the series is a part of the beach of Berck-sur-Mer where there are many bunkers, traces of the Atlantic Wall. As a child, I played in this place and since each year, I observe these moving ruins, memories, some disappearing, others reborning from one year to the next, supporting multiple reappropriations. Far from their original functions, these pieces of buildings we could think solid and immobile, are a real part of this landscape and continue to evolve with it, moving according to the winds, the tides but also the uses.

If we can now enter these vestiges, nature regains its rights and they are naturally escaping our reality being swallowed up by the landscape and it is by disappearing that they are opening theirselves, becoming visible by everyone. If man once decided the lines of these buildings, today it is the sand and the marine vegetation which, climbing them, is finally drawing its contours.

 

© Marie Havel 2014-2020