Flocages
Flockings  Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

"Le Ravin du Loup, 42", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 240 x 720 cm, 2019, Marie Havel. (Photo Pierre Schwartz, Adagp 2020)

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 42", dessins aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 240 x 720 cm, 2019. Marie Havel

press to zoom

Détail, "Le Ravin du Loup, 42", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 240 x 720 cm, 2019. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 42", Marie Havel.

press to zoom

Vue de l'exposition collective "Le Bal des Survivances", FRAC OM, Montpellier, 2019-2020. Premier plan : "Qui perd gagne, 2", second plan : "Le Ravin du Loup, 42". Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition collective "Le Bal des Survivances", FRAC OM, Montpellier, 2019-2020, "Le Ravin du Loup, 42". Photo : Clément Philippe. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 42", Marie Havel.

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 42", Marie Havel.

press to zoom

Vue de l'atelier 31 à la Drawing Factory, 2021. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'atelier 31 à la Drawing Factory, 2021. Marie Havel

press to zoom

" Le Ravin du Loup, 53 ", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 180 x 120 cm, 2021. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

" Le Ravin du Loup, 52 ", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 180 x 120 cm, 2021. Marie Havel

press to zoom

Détail de " Le Ravin du Loup, 52 ", 2021. Marie Havel.

press to zoom

Détail de " Le Ravin du Loup, 52 ", 2021. Marie Havel.

press to zoom

Vue de "Bienvenue Art Fair 2019", Cité Internationale des Arts, Paris, 2019. Galerie Jean-Louis Ramand. Marie Havel.

press to zoom

Vue de "Bienvenue Art Fair 2019", Cité Internationale des Arts, Paris, 2019. Galerie Jean-Louis Ramand. Marie Havel.

press to zoom

Vue de "Bienvenue Art Fair 2019", Cité Internationale des Arts, Paris, 2019. Galerie Jean-Louis Ramand. Marie Havel.

press to zoom

"Atlantic Wall", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 70 x 100 cm, 2019, collection privée. Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

Détail de "Plage du Terminus". Marie Havel

press to zoom

Détail de "Plage du Terminus". Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 4", vue de l'exposition personnelle "Build & Smash", Espace Saint-Ravy, Montpellier, 2017. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 4", vue de l'exposition personnelle "Build & Smash", Espace Saint-Ravy, Montpellier, 2017. Marie Havel

press to zoom

" Le Ravin du Loup 4 ", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 240 x 360 cm, 2017. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 4". Marie Havel

press to zoom

Vue de Art Paris Art Fair 2018, H Gallery. Premier plan : "Qui perd gagne", second plan : "Le Ravin du Loup, 4". Marie Havel.

press to zoom

"Le Ravin du Loup 28", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 160 x 240 cm, 2019. Marie Havel

press to zoom

Détail "Le Ravin du Loup 28". Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 3", vue de l'exposition personnelle "Faire éclore le désert", Aldébaran, Castires, 2017. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 3", vue de l'exposition personnelle "Faire éclore le désert", Aldébaran, Castires, 2017. Marie Havel

press to zoom

" Le Ravin du Loup 3 ", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 160 x 240 cm, 2017. Collection Château de Chassagne-Montrachet. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Pentes douces", Galerie La Résidence, Reims, 2019. Marie Havel.

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 27". Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Die and Retry", Galerie Jean-Louis Ramand, Paris, 2021. Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 27". Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 27". Marie Havel

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 27". Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Un peu de soleil dans l'eau froide", H Gallery, Paris, 2018. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup 19", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 160 x 240 cm, 2018. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup 7", dessins aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 8", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018, Marie Havel, collection privée.

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 18", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018, Marie Havel, collection privée.

press to zoom

"Le Ravin du Loup 15", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup 14", flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup 5", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018. Collection privée. Marie Havel

press to zoom

Vue de l'exposition personnelle "Faire éclore le désert", Aldébaran, Castries, 2017. "Le Ravin du Loup 1 et 2", flocages de modélisme sur cartons-gris, 120 x 160 cm chaque, 2017. Collections privées. Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 47", œuvre pérenne pour la résidence Prado-Concorde, Helenis / GGL, Castelnau-le-Lez, 2020.

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 21", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 120 x 180 cm, 2019, collection privée. Marie Havel.

press to zoom

"Plage du Terminus, 19", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 60 x 80 cm, 2019, Marie Havel

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 13", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2018, collection privée. Marie Havel.

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 51, dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2020. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

Détail de "Le Ravin du Loup, 51", Marie Havel.

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 49", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm, 2020. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

"Le Ravin du Loup, 48", dessin aux flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

"Plage du Terminus, 26", dessin au flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

"Plage du Terminus, 24", dessin au flocages de modélisme sur cartons-gris, 40 x 60 cm. Courtesy Marie Havel et Galerie Jean-Louis Ramand.

press to zoom

Dessins aux flocages de modélisme (matières synthétiques) sur cartons-gris (d'encadrement, ph neutre), 2017-en cours.

Model flockings drawings (synthetic materials) on pulpboards (for faming, acid free), 2017-in progress.

Ce travail réunit sur de mêmes formats, les pratiques fondatrices de mon travail que sont le dessin et le modélisme. Il s’agit de lieux connus et expérimentés, ici des départements de l’Aisne et du Pas-de-Calais. Empreints d’une forte charge historique,  ces territoires qui ont été très marqués par les deux guerres mondiales en conservent les traces parfois de manière très explicite à l’image des restes de bunkers que cette série de dessins explore. En ces lieux, qu’il s’agisse de la forêt ou du littoral, ces bâtiments semblent mouvants ; la végétation, le sol, les éléments naturels semblent les gravir jusqu’à les ensevelir, peut-être  les assimiler. Ces ruines « en train de se faire » paraissent se greffer petit à petit au sol, à leur environnement, jusqu’à les intégrer totalement, devenant bientôt le support invisible à de nouvelles constructions, à de nouveaux paysages. Le choix de n’utiliser que des matériaux de modélisme dans la réalisation du dessin en les extrayant donc de leur usage classique (maquette de reconstitution historique, d’architecture ou de jeux de plateaux), permet de mettre en tension ces matériaux ; relevant du projet, de l’idée naissante, du patron ; avec un lieu davantage évocateur de ruine, de destruction, afin peut-être de les percevoir autrement, de tenter de concevoir ces ruines comme des esquisses / projets de paysages en devenir. Comme si la ruine pouvait à elle seule constituer un mode de construction, un état envisageable, une potentialité. Il s’agit en effet de se projeter sur le devenir de ces bâtiments, d’observer leur latence et leur évanescence. Les nuisibles qui les parcourent et les entourent contribuant finalement peut-être davantage à leur digestion, à leur transformation qu’à leur fin.

This work brings together on the same formats, the founding practices of my work that are drawing and model making. These are known and experienced places, here in the departments of Aisne and Pas-de-Calais (North of France). Steeped in a strong historical charge, these territories, which were heavily marked by the two World Wars, retain their traces, sometimes very explicitly, in the image of the remains of bunkers that this series of drawings explores. In these places, whether it is the forest or the coast, these buildings seem moving ; the vegetation, the soil, the natural elements seem to climb on them, to bury them, perhaps assimilate them. These " ongoing " ruins, "being made", seem to be grafted little by little to the ground, to their environment, until integrating them totally, soon becoming the invisible support to new constructions, to new landscapes. The choice to use only model-making materials in the realization of the drawing by extracting them from their classic use (model of historical reconstruction, architecture or sets of trays), allows to put in tension these materials ; of the project, of the emerging idea, of the patron ; with a place more evocative of ruin, of destruction, in order perhaps to perceive them differently, to try to conceive these ruins as sketches/ projects of becoming landscapes. As if ruin alone could constitute a construction mode, a conceivable state, a potentiality. It is in fact a question of projecting oneself on the future of these buildings, of observing their latency and their evanescence. The vegetal pests that travel through and around them ultimately contribute perhaps more to their digestion, their transformation than to their end.