Flocages

Flocks  Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :
En voir plus / More

Dessins aux flocages de modélisme (matières synthétiques) sur cartons-gris (ph neutre), 2017-en cours.

Model flockings drawings (synthetic materials) on pulpboards (acid free), 2017-in progress.

Ce travail réunit sur de mêmes formats, les pratiques fondatrices de mon travail que sont le dessin et le modélisme. Il s’agit de lieux connus et expérimentés, ici des départements de l’Aisne et du Pas-de-Calais. Empreints d’une forte charge historique,  ces territoires qui ont été très marqués par les deux guerres mondiales en conservent les traces parfois de manière très explicite à l’image des restes de bunkers que cette série de dessins explore. En ces lieux, qu’il s’agisse de la forêt ou du littoral, ces bâtiments semblent mouvants ; la végétation, le sol, les éléments naturels semblent les gravir jusqu’à les enssevelir, peut-être  les assimiler. Ces ruines « en train de se faire » paraissent se greffer petit à petit au sol, à leur environnement, jusqu’à les intégrer totalement, devenant bientôt le support invisible à de nouvelles constructions, à de nouveaux paysages. Le choix de n’utiliser que des matériaux de modélisme dans la réalistaion du dessin en les extrayant donc de leur usage classique (maquette de reconstitution historique, d’architecture ou de jeux de plateaux), permet de mettre en tension ces matériaux ; relevant du projet, de l’idée naissante, du patron ; avec un lieu davantage évocateur de ruine, de destruction, afin peut-être de les percevoir autrement, de tenter de concevoir ces ruines comme des esquisses / projets de paysages en devenir. Comme si la ruine pouvait à elle seule constituer un mode de construction, un état envisageable, une potentialité. Il s’agit en effet de se projeter sur le devenir de ces bâtiments, d’observer leur latence et leur evanescence. Les nuisibles qui les parcourent et les entourent contribuant finalement peut-être davantage à leur digestion, à leur transformation qu’à leur fin.

 

© Marie Havel 2014-2021