Les risque-tout

Daredevils

 Marie Havel Artiste site art

 

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

Matériaux divers, bases en polystyrène extrudé, dimensions variables, 2015-2017.

Sculptures, several materials, various dimensions, 2015-2017.

 

 

«Les risque-tout», titre d’une des aventures des «Entrechats», série de la bibliothèque rose de Jean Chalopin, m’accompagnant dans des aventures d’exploration en forêt de Retz. Des cabanes, des expéditions, des constructions infantiles dans des lieux de rêves dont la dangerosité m’échappait à l’époque. Des lieux dont certains n’ont pas changé depuis, comme la champignonnière dont nous n’avions jamais franchi la zone éclairée par l’extérieur qui était déjà composée d’éléments, sales et tranchants et d’un scooter consumé. Je ne sais toujours pas franchir l’entrée de cet endroit dans lequel je me demande comment, j’ai pu inventer des mondes merveilleux, libres de toute conscience du danger pourtant présent. Un feu sous une bâche en plastique, sous un grand sapin qui commence lui aussi à se consumer. Une falaise surplombée d’arbres dont les racines descendent recouvrant ses creux, créant des bulles d’imagination, des architectures, des nids, des cabanes en équilibre entre le vide et la tranche incertaine de cette falaise. Des lieux abandonnés, non loin d’univers de jeux vidéos, dans lesquels seules des traces de présences passées sont détectables. Des lieux abandonnés mais sur-occupés.

 

«Les risque-tout (Daredevils)» is the title of one of the «Entrechats» adventures, series of the «Bibliothèque rose» by Jean Chalopin, I took with me during my explorations adventures in the Retz forest. Huts, expeditions, childhood constructions in dream places I ignored the dangerosity for a long time. Some of those places have not change since that time, as the mushroom factory. I never crossed the light line coming from the outside, it was already composed of dirty, sharp elements and a burned scooter. I still do not know crossing this line. I wonder how, I could have invented such marvellous worlds, free of any consciousness of danger. A fire under a plastic cover under a huge tree starting to burn too. A cliff  overhanged by trees whom roots going down and along the cliff, covering holes, creating imagination spheres, architectures, huts balancing between the sharp cliff and the gap. Deserted places, not far from video games universes, in which only evidences, clues of a past are visible. Deserted places but also very occupied ones.

 

© Marie Havel 2014-2019