Seaux de plage

Beach buckets

 Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :
En voir plus / More

Plastique, peinture acrylique, vernis brillant, dimensions variables, 2018- en cours, Marie Havel.
Plastic, acrylic paint, satin varnish, variable sizes, 2018 - en cours, Marie Havel.

Mon travail aborde souvent le jeu comme étant le premier apprentissage de l'échec, de la perte, de la ruine, de l'acte vain. Lorsque nous passons du temps à construire un château de sable, nous intégrons consciemment ou non, le fait qu'il s'agisse là d'une action vaine, d'une construction éphémère. Ici je choisi donc simplement d'écourter le processus en proposant ces sculptures en plastique. Ce sont des seaux de plage qui permettront de mouler si on les utilise, directement des châteaux de sables en ruine, des châteaux déjà effondrés. La construction n'est pas entamée que déjà, à travers ces seaux nous comprenons que tout ce que nous pourrons créer sera forcément une ruine. Le but n'est plus une construction belle, faussement stable et bien pensée, mais directement le fait d'ériger une ruine. Car quand nous construisons un château de sable, nous construisons de toute façon une future ruine. 

My work often tries to define the game as the first learning of failure, loss, ruin, vain actions. When we spend time building a sandcastle, we integrate consciously or not, that it is about something vain, about a short-lived construction. As a consequence, I made the choice simply to shorten this process by proposing these plastic sculptures which are child beach buckets. By using them, playing with them, we could only directly get ruined sandcastles, already collapsed castles. The construction is still not begun that already, through these buckets, we understand that all that we can create with would be a ruin. The purpose is not any more a beautiful, wrongly stable and well thought construction, but directly the fact of setting up a ruin. Because when we build a sandcastle, we build anyway a future ruin. 

© Marie Havel 2014-2020