Hide and Seek

 Marie Havel Artiste site art

Vidéo : " Hide and Seek ", vidéo 3 min 24 sec, machinima réalisé dans DayZ Standalone de Bohemia Interactive. Marie Havel et Clément Philippe, 2017.

Video : " Hide and Seek ", video 3 min 24 sec, machinima realized in DayZ Standalone by Bohemia Interactive. Marie Havel and Clément Philippe, 2017.

Voir le site de Clément Philippe / Go to Clément Philippe's artist website : https://www.clement-philippe.com/

 

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

Photogrammes : Impressions numériques contrecollées sur aluminium, photogrammes issus de la vidéo " Hide and Seek ", 30 x 40 cm chaque, 4 + 2 e.a, 2017, Marie Havel et Clément Philippe.

Photographs : Digital printed images laminated on aluminum, taken from the " Hide and Seek " video, 30 x 40 cm each, 4 + 2 a.p, 2017, Marie Havel and Clément Philippe.

Voir le site de Clément Philippe / Go to Clément Philippe's artist website : https://www.clement-philippe.com/

 

 

Ces trois photogrammes sont issus d'une vidéo réalisée conjointement avec l'artiste plasticien Clément Philippe. Il s'agit dans cette vidéo de détourner un jeu de survie en réseau pour y insérer d'autres enjeux. Les joueurs sont invités un court instant à interrompre le rythme classique de leur déambulation pour se consacrer à des jeux enfantins comme ici le fameux jeu de cache-cache, en anglais " hide and seek ". Le décor et les joueurs restent les mêmes, il s'agit de jeunes adultes sous leurs avatars guerriers et d'un décor réaliste quoi qu’apocalyptique dans lequel les joueurs ont peu de répit en tant normal : ils doivent assurer leur survie, assouvir leurs faim, soigner leurs blessures et s'armer contre les zombies... Si parfois ils doivent en effet se cacher à des fins de survie donc, ici ce geste est détourné dans ce qu'il a de plus innocent. Une trêve est ici proposée à travers la " cachette " qui n'est plus une question de vie ou de mort (virtuelle) mais bien de jeu. Ainsi il peut s'agir finalement de réinjecter du jeu dans le jeu. Le décalage s'accentue davantage dans la vidéo grâce aux dialogues qui sont bien ceux d'adultes et non d'enfants en train de jouer virtuellement à cache-cache dans un monde qui ne les y autorise  pas d'habitude.

Si la vidéo constitue un travail à part entière, il en va de même pour cette sélection de photogrammes. Ces derniers sont extraits de la vidéo tout d'abord par leur aspect éloquent en lien avec ce travail de manière plus générale mais également car ils proposent un rythme, comme une séquence, une série d'indices répétitifs non dénués de narration. La vue subjective de l'acteur premier de ces séquences permet une mise en situation directe du spectateur et suscite également l'interrogation : Qu'est-ce qui est pointé du doigt ? En pointant ainsi du doigt ses compagnons camouflés qu'il découvre, le personnage pointe également les décalages de cette scène entre réel et virtuel. Cette série est la première d'un travail qui se poursuit actuellement.

These three photograms are taken from a video realized together with the visual artist Clément Philippe. This is about kind of hijacking a survival network videogame to insert other goals into it. The players are invited a short moment to interrupt the classical rhythm of their play to dedicate itself to childish games as here, the famous hide-and-seek. The « landscape » and the players remain the same, it is about young adults under their warlike avatars and about a realistic world whatever apocalyptic in which the players have not much break time : they have to insure their survival, to satisfy their hunger, to look after their wounds and to equip theirselves against zombies... If sometimes they indeed have to hide for survival purposes, here this action is hijacked in what it has of more innocent. A break is proposed here through the « hiding place » which is not a question of life or death (virtually) but of real and true game. So it can finally be also about of reinjecting game into the game. The gap becomes more marked in the video thanks to the dialogues which are actually the ones of adults and not children, playing virtually hide-and-seek in a world which does not authorize them there usually.

 

If the video is one and entire artwork, this is the same for this selection of photograms. Their are extracted from the video, first of all by their eloquent aspect in connection with this work in a more general way but also because they propose a rhythm, as a sequence, a series of repetitive indications with narrative aspect. The subjective view of the first actor of these sequences allows the spectator entering directly a situation, a scenario and also may asks : what is pointed ? So by pointing at his hidden companions whom he discovers, the character also points the gaps of this scene, between real and virtual. This series is the first one of a work which  is still in progress.
    

© Marie Havel 2014-2019