Toucher le fond

Hit rock bottom

 Marie Havel Artiste site art

Cliquez sur l'image pour l'agrandir /
click image to enlarge :

Origamis de plomb, dimensions variables, 2019, Marie Havel et Clément Philippe.
Lead origamis, variable sizes, 2019, Marie Havel and Clément Philippe.

Voir le site de Clément Philippe : https://www.clement-philippe.com/

Troisième réalisation en duo avec l'artiste Clément Philippe, ces origamis sont réalisés par pliages successifs, non de papier, mais de plomb. Si ce matériau possède de nombreuses qualités, comme sa capacité à contenir les radiations (souvent exploitée à travers l'oeuvre de Clément Philippe), sa brillance ou sa malléabilité ; nous en avons aussi exploité les défauts. Souvent, les unes ne vont pas sans les autres, ainsi le plomb lie merveilleusement ses propres paradoxes que nous poussons ensemble à l'extrême.

La pratique de l'origami est souvent support de réflexion, de méditation. Ces pliages de papier que nous pratiquons presque sans y penser, machinalement, nous ramènent à l'enfance, à des temps passés qui nous font oublier le temps concédé à leur réalisation, nous voguons vers les songes. Ici, le pliage est difficile, contraint par la matière lourde et résistante aux gestes simples et mécaniques. L'origami se fait difficilement et l'attention est focalisée à l'extrême sur l'acte de plier, même de sculpter.  Les dimensions sont celles d'un origami de bateau classique mais à l'inverse du bateau de papier qui peut flotter un instant et nous faire croire qu'il suivra les courants longtemps avant de se déliter ; celui-ci s'il est presque blanc ou invisible par sa brillance parfois, est bien présent, lesté dans son entier, stable. Son cap est les abysses qu'il ne quittera jamais, il est un plan antidérivation infaillible.

Third creation in collaboration with the artist Clément Philippe, these origamis are realized by successive foldings, not of paper, but of lead. If this material possesses numerous qualities, as its capacity to contain the radiations (often used through Clément Philippe's work), its shine or its malleability ; we have also exploited its defects. Often, the first ones do not go without the others, also the lead has unbreakable links between its own paradoxes which we push together to the extremes.

The practice of origami is often a mean of thinking and meditation. These paper folds that we practice almost without thinking about it, mechanically, bring us back to childhood, to past times, that make us forget the time granted to their creation, we are sailing on dreams. Here, folding is difficult, forced by heavy material, resistant to simple and mechanical gestures. The origami is difficult to do and the attention is focused at the extreme on the act of folding, even sculpting. The dimensions are those of a classical origami boat but in contrast to the paper boat which can float for a while and make us believe that it will follow the moves of the water long before disintegrating ; this one, if it is almost white or invisible by its shine sometimes ; is really here, very present, weighted in its entirety, stable. Its course and goal are the abysses it will never leave, it is an infallible anti-diversion plan.

© Marie Havel 2014-2019